quote

« Au Bény-Bocage, une tailleuse de nuages chez Pépinières conseil »
Ouest France, février 2017


L'entreprise collabore actuellement avec Christel Noyer, une spécialiste de la taille en nuage.
Aussi appelée « niwaki » au Japon.
Profil
1998 - Découvre la taille en nuages.
2003 - Commence à pratiquer le niwaki.
2009 - Lance son entreprise, Les Nuages de la Sye.
De Paris à Lyon, en passant par la Meurthe-et-Moselle, Christel Noyer fait virevolter ses sécateurs à travers toute la France pour donner de la légèreté aux arbres. En ce moment, c'est dans le bocage normand, en collaboration avec l'entreprise Pépinières conseil, qu'elle exerce l'art de la taille en nuage.  « Même pour quelqu'un du Sud, c'est un plaisir de venir en Normandie, sourit cette habitante de la Drôme. Ici, c'est le paradis des jardins.»

Un travail « quasi-méditatif »

Ancienne technicienne agricole, Christel n'hésite pas à dire qu'elle est  « tombée amoureuse » de la taille en nuage, alors qu'elle visitait un jardin zen. Inventé par les Japonais, le niwaki recrée les contorsions des arbres poussant dans des conditions difficiles. En montagne, sur des falaises…  « Le but est de révéler la structure et la beauté des branches, le graphisme du tronc, explique la pépiniériste. Au bout des branches, on laisse se développer les nuages, ces petites touffes de feuilles ou d'aiguilles.»
C'est seule, en lisant des livres, en observant les arbres, que Christel a lentement appris à cette technique de taille. «J'ai mis des années à comprendre et à acquérir la notion d'harmonie,  se souvient-elle. Je réfléchissais beaucoup avant de tailler une branche, c'était quasi-méditatif. » Il lui a ainsi fallu cinq ans, entre la découverte du niwaki et sa première mise en pratique. Puis, encore six années pour en faire son activité professionnelle.

Bien connaître le végétal

Tout l'art du niwaki réside dans le choix de couper telle ou telle branche.  « Il faut bien connaître le végétal, savoir comment il va réagir, souligne Christel.  Une fois coupées, certaines branches ne repartent pas. » En théorie, cette taille peut se pratiquer sur tous les arbres, mais certaines espèces s'y prêtent plus que d'autres.
Le juniperus par exemple, avec ses branches et son tronc torturés, donne un bel effet graphique. « Comme tous les arbres japonais, ça paraît simple, mais c'est très complexe », admire Christel.



« Christel Noyer et la taille en Nuages »
Cerisy-belle-Etoile, Ouest France, mai 2016



MFR festival
- Titre du journal, mois 2015


article de presse, 2015

« Les Nuages de la Sye » portent les nuages à hauteur d'homme »
- Les Nouvelles de Provence, septembre 2012


Rencontre de Jardin, St Tropez, 2012  

Saint-Tropez - Rencontre de Jardins 8e édition, 2012

Chacun est sensible à la taille du feuillage des arbustes mais pas nécessairement aux tortures qu'inflige le Bonzaï. De ce constat, Christel Noyer propose « la taille en nuage » des arbres de votre jardin, principalement pin, genévrier ou buis. Seules les feuilles sont coupées rendant ainsi les arbres résistants au gel et aux maladies. Les sujets travaillés donnent non seulement un esprit japonais à votre jardin mais ils y intègrent l'harmonie de la nature spécifiquement occidentale. Petit secret : le nom Nuages de la Sye vient du vent soufflant sur les plateaux du Vercors où est installée la créatrice de nuages Christel Noyer !
Travaille dans toute la France

Les Nuages de la Sye au Rencontre de Jardin, St Tropez, 2012

Article : Pagnier | Les Nouvelles de Provence


« A Cobonne - une spécialiste de la taille japonaise sur arbustes »
- Le Dauphiné Libéré, octobre 2009

Christel Noyer, créatrice de nuages

Article du Dauphiné Libéré, 2009

Elle crée des nuages... Un bien joli nom pour une activité que Christel Noyer a lancé officiellement voici un mois et demi. Qui fleure bon la poésie et l'invitation au rêve..."Je la prépare depuis deux ans mais l'idée germait déjà dans ma tête auparavant. J'ai travaillé douze ans pour une fédération d'agriculteurs sur une maladie du pêcher. Ma prime de licenciement m'a permis d'investir et m'a donné l'occasion de rebondir". Nantie d'un BTS agricole, la jeune femme avoue volontier sa passion pour les jardins. Son interêt pour la technique de taille japonaise qu'elle pratique aujourd'hui date de sa visite au jardin zen d'Erik Borja à Beaumont Monteux. "J'étais en admiration. Je me suis formée d'abord pour moi, par le regard et la pratique. On commence à voir des arbres taillés en nuages, mais ils sont standardisés et pour ce que je sais, ils viennent du Japon."

"On travaille du vivant"

C'est au Japon en effet que l'on utilise cette technique. Les habitants souhaitent recréer dans leurs jardins de faible dimension les paysages naturels en réduction, en donnant un aspect de maturité aux arbres. Ils choisissent pour cela ceux qui poussent de préférence dans des conditions difficiles. Ce qui a attiré Christel, c'est le côté harmonieux mais aussi graphique.

"Ma principale inspiration ce sont les arbres qui sont au sommet des crêtes, sur les plateaux du Vercors. Je cherche à produire une asymétie. Il y a un aspect artistique, ça s'apparente à la scuplture. A voir le résultat, on en doute pas un instant. "je m'adapte au sujet, je cherche où je vais placer mes nuages. Avec le végétal on travaille du vivant, on se plie à certaines exigences ; c'est tout le challenge et l'interêt".

Chaque arbuste est unique, l'interêt est là aussi. Et la taille en nuages participe volontier d'un style épuré, relativement en vogue aujourd'hui : sur un muret, un pin, un juniperus, un buis ainsi travaillés et mis en valeur habillent superbement une terrasse...

Pour l'heure Christel est satisfaite. L'activité démarre plutôt bien, d'autant que le produit est peu proposé.

Article du Dauphiné Libéré, 2009

Démocratiser le produit

L'idée de Christel Noyer, c'est de démocratiser le produit.

"La seule personne qui produise en France se trouve près de Romans, c'est un ancien ouvrier d'Erik Borja. Il pratique la taille ancestrale, travaillant des sujets très grands. Je veux faire des sujets plus jeunes, donc plus abordables". Ils sont robustes, ne craignant ni la chaleur ni le gel ; se vendent en pot et peuvent être mis en terre.

La jeune femme participe aux foires aux plantes rares et propose ses sujets aux paysagistes. Pour environ 200 euros, on peut acquérir un sujet de cinq ans et deux ans de taille. Une fiche technique est founie pour l'entretien, à la portée de tous. Christel propose également des prestations de service pour des sujets déjà implantés que l'on souhaite modifier grâce à la taille en nuages.

Article : Elisabeth Voreppe | Le Dauphiné Libéré